top of page
AdobeStock_402341966.jpeg

Technologies

Faire converger les sciences, les technologies et les données

L'intérêt de la médecine de précision ne fait plus débat mais son impact reste encore limité par l’extraordinaire hétérogénéité des cancers. Pour s’affranchir de cette limite, les scientifiques disposent désormais d’outils d’investigation d’une précision, d’une portée et d’une vitesse inégalées : analyses multiplexes à très haut débit, imagerie en super résolution, modèles mathématiques de maladies, population virtuelle de patients, avatars, organoïdes, ingénierie génétique, immunotechnologies… Toutes ces technologies seront disponibles dans le futur quartier de l’oncologie, autour du bâtiment amiral du cluster, baptisé centre d’oncologie prospective, et dans les sites satellites du PSCC (pour certaines d’entre-elles dès 2023).

Oncologie de précision

En s’attaquant spécifiquement aux anomalies moléculaires à l’origine de la maladie, les thérapies ciblées ont révolutionné la prise en charge de certains cancers. Pour adapter ces médicaments à la nature réelle de la tumeur (une même tumeur abrite en réalité plusieurs populations de cellules cancéreuses et seules certaines d’entre-elles portent l’anomalie moléculaire qui les rend sensibles au traitement), le PSCC ouvre l’accès au meilleur de la génomique médicale et à des outils d’analyse unicellulaire à très haute résolution.

Multiomique sur cellule uniqueOpérateur (Phase I) : Institut Gustave Roussy

 

Profilage des cancers
Opérateur : SeqOIA

 

Thérapies cellulaires
Opérateur : Institut Curie, AP-HP (Meary Center)

Criblage de duos cibles anticorps
Opérateur : MImAbs

Immuno-oncologie

En restaurant la capacité du système immunitaire à combattre les cellules cancéreuses, l’immunothérapie a changé le pronostic de patients atteints de cancers considérés comme incurables (mélanome métastatique, cancers avancés du poumon, leucémie lymphoblastique aiguë…). Aujourd’hui l’objectif est d’étendre les bénéfices de cette approche à plus de cancers et de patients et de prédire et surmonter les résistances à ces traitements (en moyenne seuls 25% des patients répondent aux premières immunothérapies disponibles). La plateforme couvre deux enjeux prioritaires : le développement de thérapies cellulaires personnalisées (notamment de cellules CART-T) et l’identification de nouveaux duos cibles-anticorps (pour ouvrir la voie à de nouvelles immunothérapies).

Modèle prédictifs

Les modèles précliniques contribuent de façon décisive aux avancées de l’oncologie mais au vu du faible taux de succès des essais cliniques de nouveaux candidats médicaments  leur prédictivité reste relative . Avec l’Institut Gustave Roussy et l’AP-HP, le PSCC ouvre l’accès à des modèles ex-vivo (des cellules ou des tissus vivants issus de patients et maintenus en laboratoire) plus proches de la réalité de la maladie. 

Avatars humains
Opérateur : Institut Gustave Roussy

Tissus et organes malades vivants
Opérateurs : AP-HM (plateforme d’immuno-profiling de l’hôpital de la Timone) et AP-HP (centre hépato-biliaire de l’hôpital Paul Brousse)

 

Conseil
Opérateur : AP-HP (hôpital Hôtel Dieu)

Essais préclinique et clinique en oncologie
Opérateur : Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph (BME Lab)

Chirurgie augmentée

Opérateur : AP-HP (le bloc opératoire du futur BOPA, hôpital Paul Brousse)

Accélérateur Medtech

Les technologies et les dispositifs médicaux jouent un rôle de plus en plus important en oncologie (microsystèmes intelligents, robots chirurgicaux, applications numériques…) mais les innovateurs sont confrontés à deux défis majeurs : satisfaire les exigences réglementaires européennes et démontrer les bénéfices cliniques de leurs nouvelles approches. Pour répondre à ces enjeux, le PSCC et ses centres hospitaliers partenaires ont développé une offre en trois volets.

bottom of page